Vous êtes à http://lesmediasmerendentmalade.fr/Courriels-a-l-elysee-et-autres-guitares-37.html

 

Comment écrire au président de la République
et ne recevoir aucune réponse
– et autres guitares, 37

aa

 

Page d’accueil et sommaire   • Page précédente   • Page suivante

 

500/833 = 500e leçon sur un total de 833 leçons et notes

 

 

• 5 juin 2019
Leçon 859/1192. – Grammaire comparée de la langue française de C. Ayer, 4e éd., 1885, 1/n

« Ouvrage recommandé par le ministère de l’instruction publique en France pour l’agrégation de grammaire » ; intéressant, mais parfois difficile ; extraits.

p. 140, à propos de liaison
• La finale in ne se lie que dans les adjectifs divin et malin, où elle garde le son nasal : Le divin Homère, le malin esprit. 

En d’autres termes, on ne prononce pas le divine Homère ni le maline/le maligne esprit, mais le divin nHomère, le malin nesprit
Mise à jour. Penser à Il est né le divin enfant, et voir la leçon 863 ci-dessous.

p. 148
• Comme on l’a vu plus haut, l’orthographe de l’ancien français était très simple et en somme beaucoup plus rationnelle que celle qui l’a remplacée après la Renaissance. Cette orthographe moderne de Marot et de Rabelais, toute hérissée de lettres étymologiques inutiles dont trois siècles n’ont pu nous débarrasser entièrement, est encore la nôtre aujourd’hui, sinon dans les détails, du moins dans l’ensemble. Il y a là une tradition d’autant plus puissante qu’elle remonte à une époque où la langue française s’est fixée et est entrée dans la phase classique de son histoire, et c’est précisément à cause de cette tradition que toute réforme radicale de l’orthographe française est entourée de difficultés presque inextricables. 
Cependant il ne faut pas croire avec quelques grammairiens à courte vue que l’orthographe soit fixée à jamais : tout au contraire, elle se modifie constamment et insensiblement dans le sens d’une plus grande simplification.

p. 151
• On peut conclure que de tous les idiomes romans, c’est le français qui possède le système orthographique le plus défectueux.

Remarquer la ponctuation.

p. 170, à propos du genre des noms de villes
• Il n’y a pas de règle bien précise pour déterminer le genre des noms propres terminés par es : Athènes, Gênes, sont féminins, mais Londres, Versailles, sont masculins. 
Dans les noms de villes précédés de l’article défini, la terminaison ne détermine point le genre : le Caire, le Havre, la Rochelle, la Ferté
Sont féminins, malgré leur terminaison masculine : Jérusalem, Sion, Tyr, Ilion (Troie).

Remarquer la ponctuation et surtout le défaut de majuscules : le Caire, le Havre, la Rochelle, la Ferté.

p. 171, à propos des pluriels féminins amours, délices et orgues
• Pour éviter la rencontre bizarre des deux genres, on dit : L’amour de la gloire est un des plus beaux amours. C’est un de mes plus chers délices. Voilà un des plus beaux orgues que l’on puisse voir.

p. 171, une couple/un couple
Une couple de pigeons suffit pour notre déjeuner. Un couple de pigeons suffit pour peupler une volière.

p. 172, le réglisse/la réglisse
• Le réglisse, suc de la réglisse. Le jujube, suc de la jujube.

p. 174, gent/gens
• Autrefois, on supprimait au pluriel le des noms en ant et ent ; on le conserve aujourd’hui, et l’on écrit les enfants, les présents. Un seul mot fait exception, c’est gent, au pluriel gens. Beaucoup, cependant, écrivent encore, selon l’ancien usage, les enfans, les présens.

p. 175, val/vaux
• Val a également un pluriel moderne, en usage chez les ingénieurs : les vals de la Loire (Littré). L’ancienne forme plurielle vaux n’est guère usitée que dans cette expression : par monts et par vaux.

p. 177
• « Femmes, moine, vieillards, tout était descendu » (La F. VII, 9). 
Dans quelques éditions des Fables de La Fontaine, moine est au pluriel, à tort, puisqu’il est dit plus loin : « Le moine disait son bréviaire. »

On peut en effet constater cette faute dans divers ouvrages, dont des grammaires ; il suffit de taper la citation fautive "Femmes, moines, vieillards" dans Google, par exemple.

A suivre

 

 

• 6 juin 2019
Leçon 860. – Langue bien ordonnée commence par soi-même

Renaud Camus, Journal du 4 juin 2019* :

Mon grand témoin est ici la langue, comme d’habitude : les classes privilégiées fustigées par la davocratie régnante (dont tous les représentants en sont pourtant issus, Emmanuel Macron le premier), ce sont celles qui parlent dans le poste, les différents postes (et en profitent pour massacrer le français), et qui s’expriment sur les différents écrans (quitte à y étaler l’état de leur orthographe et de leur grammaire). Elles sont déjà profondément remplaçantes, issues de la substitution, inhéritières. Mais ce n’est pas encore assezpour le remplacisme global, et dans le dessein permanent de la Matière Humaine Indifférenciée. Le Petit Remplacement est achevé, il faut maintenant parachever le Grand — ce qui confirme notre point de départ : comme pour le prétendu logement social, c’est bien diversité raciale, qu’il faut entendre, sous la diversité sociale : étant acquis, naturellement, que diversité est le nom de ce qui tue le divers, et instaure le règne du Même, du semblable, du simili, du remplacé, du remplaçant, du mensonge, du faux.

« C’est bien diversité raciale, qu’il faut entendre, sous la diversité sociale », mieux : « C’est bien diversité raciale qu’il faut entendre sous diversité sociale. »

ponctuation, syntaxe, italique
———
* Accès gratuit : https://www.renaud-camus.net/journal/2019/06/04 (archive : http://archive.is/VDG2p).

 

 

• 19 juin 2019
Leçon 861. – Grammaire générale des grammaires françaises de Napoléon Landais, 1845, 1/n

Extraits.

p. 22
Nous ne sommes point du goût de ceux qui prétendent que oi diphthongue doit sonner toujours oa ; foisonner, loi, royal, ne se prononcent certainement pas foazoné, loa, roaial ; mais bien fuèzoné, loè, roèial.

Vivement le RIC !

p. 22
Anodin, formé de a, qui signifie « sans », et de odunê, « douleur ».

Cette étymologie n’a rien de surprenant si l’on connaît le sens propre qu’avait encore le mot au XIXe siècle.
Définition de anodin par Littré :

anodin, ine ou anodyn, yne
[...] adj.
1. Terme de médecine. Qui calme la douleur. “Il lui a proposé un petit remède anodin”, Sévigné, 58.
Substantif masc. On emploie les anodins contre les névralgies.
2. Fig. Remède anodin, moyen, ressource peu efficace, à cause que, en médecine, les remèdes anodins adoucissent plutôt le mal qu’ils ne le guérissent. “Dans l’état où sont les choses, il ne faut pas des remèdes anodins”, Sévigné, 197.
3. Dans un sens railleur, pour se moquer, vers anodins, couplets anodins, méchants vers, couplets sans esprit. Il se dit aussi en ce sens des personnes. Peignez-nous ce personnage anodin.

Le sens propre a donc évolué ; prendre garde à une mauvaise interprétation, au faux-sens. A mettre dans la même catégorie de mots pièges que antiquaire, bocage, énerver, exaction, livide, louable, mental, mièvre, usure (finance) et cetera (voir ces mots chez Littré).

A suivre

 

 

• 21 juin 2019
Leçon 862. – Grammaire comparée de la langue française de C. Ayer, 4e éd., 1885, 1/n

p. 197 
 Beaucoup, qui a remplacé moult, est la réunion des deux mots beau et coup, et signifie une grande quantité ; beau avait le sens de grand, et l’on dit encore aujourd’hui un beau mangeur pour un grand mangeur ; le mot coup, vieux français colp, est le latin colaphus, qui signifie coup de poing, soufflet, et qui a pris le sens de coup en général.

Voir Il y a beau temps, Il y a belle lurette, C’est un beau salaud et cetera.

Assez [ad et satis] signifiait à l’origine beaucoup et se plaçait après le substantif : Je vous donnerai or et argent assez (Chanson de Roland), c’est-à-dire beaucoup d’or et d’argent.

Trop est le même mot que troupe ; il exprimait en premier lieu une grande quantité en général, puis [un] excès de quantité ou de mesure.

Guère signifie beaucoup dans le vieux français ; aujourd’hui il n’a le sens de peu que parce qu’on ne l’emploie plus qu’avec la négation ne : Il n’a guère d’argent.

 

 

• 21 juin 2019
Leçon 863. – Grammaire comparée de la langue française de C. Ayer, 4e éd., 1885, 2/n

A propos de la non-dénasalisation, ou non-décomposition, de divin, de malin et de fin, cet extrait de Comment on prononce le français : traité complet de prononciation pratique avec les noms propres et les mots étrangers de Philippe Martinon, publié en 1913, page 389 (le livre est téléchargeable à https://archive.org/details/commentonprononc00martuoft/page/n10) :

Vivement le RIC !

Vivement le RIC !

On remarquera qu’ici Martinon n’est pas très clair et que son « vaudraient beaucoup mieux » est une fausse réponse. On notera que la liaison divi-nHomère n’est possible que parce que le h de Homère n’est pas aspiré (on dira donc « le divin haricot »).

 

 

• 22 juin 2019
Leçon 864. – Grammaire comparée de la langue française de C. Ayer, 4e éd., 1885, 3/n

Rappel, cet accord étrange qu’on trouvera dans plus d’une grammaire...

p. 498
Après l’un et l’autre, on met en général le verbe au pluriel, mais le singulier est aussi permis : L’un et l’autre viendront. L’un et l’autre viendra. 

... mais aussi dans la dernière édition du Dictionnaire de l’Académie :

Vivement le RIC !

bg Autonotes
— Toilettage du code source des pages ; quelques pages obtiennent le label W3C HTML 4.01 à notre grande surprise.
— Test du plug-in Read Aloud sur Chrome à http://lesmediasmerendentmalade.fr/Read-Aloud-tests.html.

 

 

• 26 juin 2019
Leçon 865. – burkini ou burqini ?

Zineb El Rhazoui pose une question d’orthographe : [le] burkini ou [le] burqini ?
Mieux encore pour ce costume de bain, ou combinaison de plongée islamique, la bourquini (la bourqu[a] + [le bik]ini) : l’habit étant manifestement plus proche — et c’est le moins qu’on puisse dire — de la bourqua que du bikini, il serait logique que le néologisme empruntât plus de lettres à bourqua qu’à bikini ainsi que son genre (bourqua se dit en français au féminin, bikini au masculin).
Cela dit, comme burkini, la variante bourquini est dérisoire, auto-dérisoire et plaisante (dans toutes les acceptions de ce terme), et bourqua de bain voire djilbab de bain conviendraient certainement mieux (le djilbab n’a pas de grille au niveau du visage) ; cependant la meilleure dénomination est celle-ci : costume de bain islamique — quant à burkini, c’est un terme de militant musulman, évidemment mal forgé, mal né, qui tente d’allier d’inconciliables contraires.

burkini-burqini

https://youtu.be/S7OnvvvxNmY

 

 

• 27 juin 2019
Leçon 866. – Les cancres de Radio France nous informent

[Titre] Orly : un agent de la mairie agressé en tentant de refermer une bouche à incendie
[Intertitre] Coup de pied
[Texte] [...] Lorsque l’agent technique est arrivé sur place, un des individus a d’abord tenté de lui prendre la clé qui permet de fermer et d’ouvrir facilement les bouches à incendie de la ville. "Ensuite, ils m’ont mis des coups de pieds pour essayé de me faire tombé", a raconté l’employé municipal à franceinfo. "Je suis tombé, et l’un d’eu a pris la caisse à outils dans ma voiture et l’a jeté sur le pare-brise. J’ai eu peur."

aa

Ces deux dernières leçons sont une illustration du lent naufrage en cours ; lent, impérieux et irrésistible ; à la fois évident et nié.

Source : https://www.francetvinfo.fr/politique/banlieues/orly-un-agent-de-la-mairie-agresse-en-tentant-de-refermer-une-bouche-a-incendie_3508379.html (archive : https://archive.is/CYn6u).

 

 

• 29 juin 2019
Leçon 867. – Ceci n’est pas une pipe, 1/2

Qui déraille, le Parquet ou le journasot ?
Selon Francetvinfo.fr* (c’est nous qui soulignons en gras) :

[Titre] Brest : l’attaque qui a fait deux blessés devant une mosquée n’est pas un "attentat", annonce le parquet
[Chapô] Deux personnes, dont l’imam de Brest, ont été blessées par balle, jeudi, devant une mosquée de la ville.
L’attaque dans laquelle deux hommes ont été blessés, devant une mosquée à Brest (Finistère), jeudi, n’est pas un "attentat", annonce le parquet, vendredi 28 juin. "Les éléments recueillis à l’heure qu’il est ne permettent pas de considérer qu’il s’agit d’un attentat", a assuré le procureur de la République à Brest, Jean-Philippe Récappé.

Dictionnaire de l’Académie

attentat, nom masculin
[...] 
• Action violente et criminelle contre les personnes, les biens privés ou publics, les institutions.
Un lâche attentat. Préparer, commettre un attentat. Les auteurs d’un attentat. Un attentat manqué. Être victime d’un attentat. Un attentat à la bombe.
Par extension. Un attentat contre la propriété.
• droit ou litt. Attentat à la vie, à la liberté. Attentat à la pudeur, acte impudique commis contre une personne. Attentat aux mœurs.
Fig. Un attentat à la raison, contre la raison. Un attentat au bon sens. Un attentat contre le bon goût.

Littré

attentat [...], s. m.
Entreprise criminelle, entreprise contre les lois. “De ce couple perfide J’avais presque oublié l’attentat parricide”, Racine, Esth. II, 3. [...]
2. En termes de droit, attentat à la pudeur, tentative violente contre la personne d’une femme ou d’un enfant.

Si ce n’est pas un attentat, c’est quoi ? Un suicide raté ? l’auteur voulait se suicider devant la mosquée, il s’est tiré quatre balles de pistolet, s’est raté et a blessé deux personnes.

———
* https://www.francetvinfo.fr/france/bretagne/finistere/brest-l-attaque-qui-a-fait-deux-blesses-devant-une-mosquee-n-est-pas-un-attentat-annonce-le-parquet_3511921.html (archive : https://archive.is/xN776)

Mise à jour. Le mot attentat, voir aussi les leçons 908 et 909.

 

 

• 29 juin 2019
Leçon 868. – Ceci n’est pas une pipe, 2/2

Toujours selon Francetvinfo.fr et dans le même article* (c’est nous qui soulignons en gras) :

L’auteur présumé des coups de feu a été retrouvé mort après la fusillade, à environ 500 mètres de sa voiture.

Le mot fusillade ne correspond à aucune des deux définitions ci-dessous :

Dictionnaire de l’Académie

fusillade, nom féminin
[...]
• Décharge de plusieurs fusils ou de plusieurs armes à feu. Le bruit de la fusillade.
Par extension. Échange de coups de feu entre troupes ennemies ; combat où l’on emploie des armes à feu. La fusillade fut vive.
• Spécialement. Action de passer quelqu’un par les armes, de le fusiller.

Littré

fusillade [...], s. f.
Décharge de coups de fusil. Une vive fusillade. “La fusillade continuait  ; son pétillement, redoublé par l’écho des murailles [de Smolensk], paraissait de plus en plus vif”, Ségur, Hist. de Nap. VI, 4.

Fusil ou pas dans l’affaire rapportée par Francetvinfo.fr ? on ne sait pas : « Les policiers ont retrouvé deux armes à feu, dont le type n’a pas été précisé, dans la mosquée. »
Noter qu’on ne dira pas que John F. Kennedy a été fusillé par Lee Harvey Oswald ni qu’un chasseur a fusillé un lapin ou accidentellement un promeneur.

———
* https://www.francetvinfo.fr/france/bretagne/finistere/brest-l-attaque-qui-a-fait-deux-blesses-devant-une-mosquee-n-est-pas-un-attentat-annonce-le-parquet_3511921.html (archive : https://archive.is/xN776)

Mise à jour. Voir les leçons 916 et 926.

 

 

• 30 juin 2019
Leçon 869. – Twittes de correcteur

Ici : https://twitter.com/antoni_franck. On trouvera sur le compte de Franck Antoni quelques liens en rapport avec la langue française et la correction, comme ceux-ci :
https://soundcloud.com/user-227866011/ecoutez-entretien-avec-solene-bouton-presidente-de-laclf
http://www.associationdescorrecteurs.fr
https://blog.mondediplo.net/quand-l-erreur-devient-la-regle (à propos des capitales initiales accentuées au Monde diplomatique, pratique rare dans la presse)

 

 

Page d’accueil et sommaire   • Page précédente   • Page suivante   bg 

 

Vive le RIC ! Dossiers
Le style c’est l’homme, analyse de l’expression macronienne
(regroupement de nos principales leçons sur le sujet, 2017-2019)
Lesdites « Rectifications de l’orthographe » de 1990, analyse d’un cafouillage

LMMRM — Je dédie ce site à mes amis Mondo Huygelen, Jack Bonamy et Tadeusz Matynia