Vous êtes à http://lesmediasmerendentmalade.fr/Courriels-a-l-elysee-et-autres-guitares-16.html

 

Comment écrire au président de la République
et ne recevoir aucune réponse
– et autres guitares
, 16


 

Page d’accueil et sommaire      • Page précédente  

 

 

• 5 juin 2017
Leçon 247. – A la mode en ce moment chez les journassots

A noter parmi les mots à la mode chez les journassots : poisseux, effroi.

 

• 9 juin 2017
Leçon 248. – Racolage

Je cite :

Élisabeth Guigou est venue faire campagne à la mosquée. [...] [Elle] n’a pas hésité à revêtir un hijab.

Comment l’auteur de l’article sait-il qu’elle « n’a pas hésité » ?
Racolage habituel chez les journassots, « Il/Elle n’a pas hésité à » est une des expressions préférées du journassot de base.

http://www.lepoint.fr/legislatives/elisabeth-guigou-mene-campagne-voilee-a-la-mosquee-de-pantin-09-06-2017-2133982_3408.php#xtor=CS2-259

 

• 10 juin 2017
Leçon 249. – « Hocher la tête »/« secouer la tête », 1

Pour moi, « hocher la tête » c’est dire oui et bouger la tête vers le bas puis vers le haut (et c’est toujours ainsi que j’ai compris l’expression), et « secouer la tête » c’est plutôt (je dis plutôt car je n’ai pas de certitude) dire non et bouger la tête vers un côté puis vers l’autre. Dans de très nombreux romans étrangers récents (policiers surtout) traduits en français, le lecteur rencontre souvent les expressions « il hocha la tête » et « il secoua la tête » (parfois dans le même roman) sans qu’il puisse affirmer avec certitude — et ce malgré l’aide que peut ou pourrait apporter le contexte — que ces expressions indiquent pour la première une approbation ou pour la deuxième une dénégation.
On peut même en arriver à se demander si les expressions « hocher la tête » et « secouer la tête » ne sont pas synonymes, et ne signifient pas toutes deux « approuver, dire oui ». Autrement dit « secouer la tête » ne serait utilisée que pour éviter une répétition de « hocher la tête ».
Enfin, il n’est jamais indiqué le sens du mouvement (vertical ou horizontal) qui pourrait lever presque tous les doutes (presque, car ces expressions et ces mouvements de la tête peuvent aussi exprimer, quoique moins fréquemment, l’incertitude, le doute, la perplexité, l’incrédulité, la lassitude, la résignation, etc. ; ce sont des aspects secondaires que je n’aborderai pas ici). Merci, les traducteurs — car je pense que les traducteurs sont à mettre en cause plus que les auteurs ; j’y reviendrai.

Exemple artificiel, mais représentatif :
Le policier. — Vous connaissiez la victime?
Le suspect. — Il hocha la tête.
Le policier. — Et quand avez-vous découvert le corps ?
Le suspect. — Hier vers 19 heures.

Dans l’exemple ci-dessus, le doute s’empare du lecteur parce que, si le policier ne demande pas au suspect depuis combien de temps il connaissait la victime ni quel genre de relations il avait avec elle, c’est que « il hocha la tête » équivaut à « non ».
Parfois c’est une autre configuration, un autre contexte qui font douter de la signification de « hocher la tête » et de « secouer la tête ».

(Noter que, dans les livres audio, « il hocha » est invariablement, je dis bien invariablement, prononcé [ilocha] au lieu de [il ocha], comme si le h n’était pas aspiré. Passons, mais c’est invariablement pareil avec « il haussa les sourcils » : [ilossa] au lieu de [il ossa].)

Ce que disent les dictionnaires est intéressant, parfois surprenant.

Le Littré (commencé en 1863)
— Hocher la tête, la secouer en signe de désapprobation.

« Désapprobation » ? Ici pour moi, c’est une grosse surprise. Dois-je relire Balzac, Hugo, Stendhal à la lumière de cette révélation ?


Hocher la tête, selon Littré


— Secouer la tête, faire un mouvement de tête par refus, par improbation, par doute.

 

Le Nouveau Larousse illustré (en sept volumes, de 1897 à 1903)
— hocher la tête, la remuer de droite à gauche, et vice versa, en signe de dénégation.

— hocher de la tête, du nez, les secouer de haut en bas, et vice versa, en signe de doute, d’inquiétude, de mécontentement.

— secouer la tête, faire un mouvement de la tête pour marquer le doute, l’hésitation, le refus.

 

L’avant-dernière édition (la huitième, 1932-1935) du Dictionnaire de l’Académie française
Hocher la tête, marquer, en levant subitement la tête en haut, qu’on désapprouve quelque chose ou qu’on ne s’en soucie guère.

Remarquer que la définition de cette huitième édition dit « en levant subitement la tête en haut » (donc comme si on donnait un coup de menton) et non « en levant et baissant alternativement la tête ».
(Un peu redondant ce « en levant en haut », non ?)

— Secouer la tête, faire un mouvement de la tête, pour refuser quelque chose, ou pour se moquer de quelqu’un.

 

Le Dictionnaire de l’Académie française dans sa dernière édition (la neuvième, encore inachevée)
— Hocher la tête, la remuer dans le sens vertical pour exprimer l’assentiment, ou bien l’incertitude ou l’indifférence.

Satisfait de constater que la dernière édition du Dictionnaire de l’Académie française donne la même acception que moi (l’assentiment), mais surpris par la fin de la définition : pour exprimer l’indifférence.

— secouer... [les académiciens n’ont pas encore à ce jour défini le mot].

 

Le Grand Dictionnaire encyclopédique Larousse (en dix volumes, 1983)
— hocher la tête, la remuer de haut en bas en signe d’approbation, d’écoute ou d’hésitation ou la remuer de gauche à droite en signe de refus, de désaccord, de désapprobation ou de perplexité.
« Approuver en hochant gravement la tête. »

Donc, si l’auteur n’indique pas dans quel sens le personnage hoche la tête ou s’il ne précise pas qu’il le fait en en signe d’approbation ou de dénégation, la signification est équivoque.

— Secouer la tête, la main, les épaules, etc., les agiter vivement et de manière répétée en signe de quelque chose. « Il secoua la tête en signe de dénégation. »

 

Le Larousse en ligne
— hocher
Remuer la tête de haut en bas en signe d’approbation, d’écoute ou d’hésitation ou la remuer de gauche à droite en signe de refus, de désaccord, de désapprobation ou de perplexité.

Donc si l’auteur n’indique pas dans quel sens le personnage hoche la tête, la signification est équivoque.

— secouer
Agiter la tête, la main, les épaules, etc., vivement et de manière répétée en signe de quelque chose. « Il secoua la tête en signe de dénégation. »

Les deux dernières définitions des Larousse sont quasi identiques.

Bref, les auteurs et les traducteurs doivent veiller à être non équivoques et précis (sauf volonté de laisser planer le doute) : il fit non/il fit oui de la tête ou il secoua/il hocha la tête en signe de dénégation/d’approbation, etc.

 

• 13 juin 2017
Leçon 250. – « Hocher la tête »/« secouer la tête », 2

On s’y perd très vite. Pour le lecteur pressé ou saoulé de mots, tentons de résumer la leçon 249.

— Littré. Hocher = secouer = non.
— Nouveau Larousse illustré. Hocher = secouer = non.
Huitième édition du Dictionnaire de l’Académie française. Hocher = secouer = non.
Neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française. Hocher = oui. Secouer = ?
— Grand Dictionnaire encyclopédique Larousse. Hocher = oui ou non selon les directions des mouvements de tête, qui doivent être précisées (horizontales ou verticales) ou traduites, interprétées par l’auteur : hocher positivement, en signe d’approbation/négativement, en signe de refus... Secouer = oui ou non selon les éventuelles précisions qui indiqueront s’il s’agit d’un oui ou d’un non : Il secoua la tête positivement, en signe d’approbation/Il secoua la tête négativement, en signe de dénégation, en signe de refus...
Larousse en ligne. Hocher = oui ou non selon les directions des mouvements de tête, qui doivent être précisées (horizontales ou verticales). Secouer = oui ou non selon les éventuelles précisions qui indiqueront s’il s’agit d’un oui ou d’un non : Il secoua la tête positivement, en signe d’approbation/Il secoua la tête négativement, en signe de dénégation, en signe de refus...

Que faut-il retenir pour le sens actuel, de 2017 ? Rien sinon la définition de « hocher la tête » de la neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française : hocher = oui.
Pour ma part, j’en resterai là pour le moment, campant sur mes positions initiales : hocher = oui ; secouer = oui ou non avec une petite tendance pour le non.

 

• 13 juin 2017
Leçon 251. – « Hocher la tête »/« secouer la tête », 3

— to nod
Lower and raise one’s head slightly and briefly, especially in greeting, assent, or understanding, or to give someone a signal.
"He looked around for support and everyone nodded."
With object: "She nodded her head in agreement."

— to shake one’s head
Turn one’s head from side to side in order to indicate refusal, denial, disapproval, or incredulity.

Source : https://en.oxforddictionaries.com/

De cela on pourrait conclure que, dans les romans traduits de l’anglais en français, « hocher la tête » (to nod) signifie « dire oui » et « secouer la tête » signifie « dire non » (to shake one’s head). « Secouer la tête » serait une mauvaise traduction littérale, insuffisante et paresseuse de to shake one’s head.

 

• 15 juin 2017
Leçon 252. – Poignardage (action) et poignardement (résultat)

Le journassot (on peut préférer les graphies journaçot ou journasseau) saura utiliser à toutes les sauces le mot glaçant, très en vogue, ou pour autant en début de phrase, mais sera peu capable d’innover dans la langue de Molière.
Parmi les mots nouveaux qui devraient s’imposer à sa plume, je citerai poignardage (action) et poignardement (résultat).
Ce sont deux mots dont l’utilité est indiscutable, puisque jamais de mémoire de Français on n’a autant poignardé en France, malheureux pays — malheureux, le mot est faible.

 

• 16 juin 2017
Leçon 253. – Défèque-news de Breizatao.com*

[Titre] USA: Un militant d’extrême-gauche, affilié au parti d’Obama, abat un parlementaire proche de Trump

[Texte] Un militant d’extrême-gauche lié au Parti Démocrate a tenté d’assassiner plusieurs parlementaires américains affiliés au Parti Républicain, la formation politique de Donald Trump. [...] Un homme a ouvert le feu vers 7 heures du matin, heure locale (13 heures à Paris), avec une arme semi-automatique, faisant plusieurs blessés. [...] Parmi les blessés: Steve Scalise, 51 ans, est l’un des chefs de file du parti républicain à la Chambre de représentants. Donald Trump a rapidement expliqué sur Twitter que cet «ami» était «grièvement blessé» mais qu’il «se remettra».

Classique d’une presse d’amateur, relâchée, racoleuse et qui, insupportablement, prend ses lecteurs pour des benêts du jour** (je pense aussi à l’inénarrable Fdesouche), où abattre ne signifie pas tuer. Noter qu’il faudrait avoir l’esprit large, laxiste et un peu tors pour affirmer que abattre doit être pris ici au sens premier de faire tomber.

Larousse en ligne
abattre
Faire tomber quelque chose, le renverser, le jeter à terre ; démolir une construction ; faire tomber et détruire un objet en vol : Abattre des arbres, un mur, un avion.
Tuer un animal : Abattre un bœuf.
Tuer volontairement quelqu’un avec une arme à feu.

——
* http://breizatao.com/2017/06/14/usa-un-militant-dextreme-gauche-affilie-au-parti-dobama-abat-un-parlementaire-proche-de-trump/
Archive : https://archive.is/3al9Z
** Une presse qui, insupportablement, prend ses lecteurs pour des benêts du jour, ou qui pense flatter leur goût et les caresse dans le sens de leur poil, ici en l’occurrence vers la droite ? Sont-ils si bêtes, les lecteurs ? Ne regimbent-ils pas ? Se soumettent-ils inconsciemment comme la grande presse leur a bien appris à le faire ? « S’il a écrit abattre, c’est qu’il avait des raisons, le journaliste, même si je ne parviens pas à les deviner ! C’est pas mon métier. Et puis, au fond, s’il exagère, il le fait dans le bon sens, non ? »
Pour moi, la presse racoleuse scie la branche sur laquelle elle est assise.
Cela dit, on peut aussi hésiter entre deux diagnostics : esprit de racolage ou incompétence lexicale ? On peut également voir les deux tares à l’œuvre en même temps.
Cette très mauvaise presse aboutit à ceci : elle abêtit le lecteur et l’habitue à de très mauvaises pratiques d’information qui finalement feront passer, par comparaison, la presse professionnelle pour honnête et compétente — ce qui est très exactement ce à quoi cette presse qui se veut de réinformation, libre, indépendante, de vérité et sans langue de bois ne voudrait pas aboutir.

Ajout du 20 juin 2017
RTL Belgique* :

Une petite explosion a eu lieu mardi soir peu avant 21h00 à la gare centrale de Bruxelles. L’auteur présumé de l’explosion a été abattu et son état de santé n’est pas connu, a indiqué le parquet de Bruxelles. On ne déplore pas de blessé.

* http://www.rtl.be/info/regions/bruxelles/bruits-de-tirs-ou-d-explosions-a-la-gare-centrale-le-centre-de-bruxelles-en-etat-d-alerte-928614.aspx
Archive : https://archive.is/qbjVV

— 21 juin 2017
La bourde a été rectifiée, mais elle est visible dans l’archive du 20 juin : https://archive.is/qbjVV

 

Page d’accueil et sommaire      • Page précédente    • Page suivante

 


LMMRM — Je dédie ce site à mes amis Mondo Huygelen, Jack Bonamy et Tadeusz Matynia