Vous êtes à http://lesmediasmerendentmalade.fr/Notes-jetees-ici-sans-preuve-23.html

Notes jetées ici sans preuve, 23

ligne-brune

 

Page d’accueil et sommaire  • Page précédente  • Bas de page • Page suivante

 

—— Mélanges ——
Mélanges est la fusion provisoire de « Notes jetées ici sans preuve » (sur la langue et sur les médias)
et de « De l’Opération CoViD-19 » ; s’y ajoutent quelques autres faits d’actualité,
comme les manœuvres visant à restreindre la liberté d’expression et la circulation des informations
en France. ——

 

carré-bleu Mélanges, mai 2021, VIII
1. — Liberté d’expression, 1er mai, ça commence très mal. Bonsens.info : les deux manifestations du 1er mai « Ensemble pour les libertés » et « Paris pour la liberté » interdites.
Je vois néanmoins que, ce 1er mai à 11 h 10, Force Jaune continue à appeler à une manifestation statique à Paris : « On sera demain [1er mai] place Vauban ! 11 h ! Apporter vos victuailles pour casser aussi la croûte. » Comme d’habitude, Force Jaune est boudé, ignoré par Révolutte citoyenne.
2. — CoViD-19 et LANGUE. Francetvinfo.fr : « Couvre-feu : pourquoi il ne disparaîtra pas le 2 juin, malgré la fin de l’état d’urgence sanitaire. [...] Il faudra encore patienter jusqu’au 30 juin, si la situation sanitaire le permet. »
« Patienter » est un terme inadéquat et minimisateur, la plupart des Français ne patientent plus, ils s’impatientent, ils s’agitent, ils bouillent. « Faudra » est hors de propos, ce n’est pas à Macron de décider, lequel ne représente plus rien sauf l’image d’un fanatique et d’un bourreau.
Jusqu’à quand bouilliront-ils ? À trop bouillir, on s’évapore.
3. CoViD-19 et LANGUE. Inutile de préciser que du « pass sanitaire » national limité aux grands rassemblements annoncé à la presse quotidienne régionale (PQR) par Macron le 28 avril dans la salle des fêtes de l’Elysée – en petit communiqué privé donc – au « pass sanitaire » pour tous les actes de la vie nationale, puis au passeport sanitaire international, il n’y a qu’un court pas. On soulignera surtout que la presse, flattée, honorée et aplatie, s’est substituée à Macron, à Castex Simplex et à Véran pour annoncer aux Français cette mauvaise nouvelle pleine de sous-entendus.
Un pass, écrivent les médias. Pourquoi pas un passe, comme pour une clé qui ouvre toutes les portes ? Anglomanie, fausse élégance pour cacher une vraie laideur, une lubie de tyran, une obsession de pouvoir.
4. CoViD-19 et conséquences politiques. Le bâton de pèlerin de l’humble pécheur Macron. Laprovence.com, Macron : « Je veux [...] reprendre mon bâton de pèlerin et aller dans les territoires [pour] reprendre le pouls du pays. » 
L’humble bâton de pèlerin, mais aussi dans l’autre main le bâton tout court, la matraque, qu’elle soit matérielle ou psychique.
Reprendre le pouls du pays, c’est-à-dire tenter, vainement, de séduire les millions de mécontents, de caresser les hamsters enragés. Il se raconte des histoires, il n’a plus qu’un seul pied sur terre – c’est, je crois, une nouvelle étape dans sa déconnexion des réalités. Il ne reconquerra rien. La seule chose qu’il puisse encore faire, c’est diaboliser Le Pen au point de convaincre les Français qui le vomissent qu’ils devraient voter pour lui ou s’abstenir de voter pour elle afin d’éviter le « retour du fascisme » : il lui reste un an, à l’ogre d’Amiens. Possible que Dame Le Pen l’aide en accumulant des faux pas – volontairement ou non (c’est tout de même bien plus confortable d’être assis dans l’opposition que debout à redresser le gouvernail d’un pays voguant depuis quarante ans vers les récifs).
5. CoViD-19. Utile rappel de Momotchi : « Quand on pousse les gens à prendre un #vaccin testé seulement 2 mois en temps médian et qu’on dit qu’un vieux médicament aux effets connus comme l’#hydroxychloroquine n’est pas assez testé, vous voyez qu’il y a un problème. »
6. — CoViD-19, vaccin pour kamikaze. Lefigaro.fr : « Le vaccin AstraZeneca n’est plus administré aux moins de 55 ans en France en raison de cas rares de thromboses. Olivier Véran a saisi la Haute autorité de Santé (HAS) pour étudier la possibilité de permettre à tous les volontaires de recevoir ce vaccin en signant une décharge » (30 avril). Il faut liquider les stocks. Quid de ceux qui n’ont pas signé de décharge et qui sont malades ? seront-ils indemnisés ? Et les ayants droit des morts ?
7. exclam-bleu-clair Macron (https://archive.ph/wip/Qj3rC), « journalistes », 3 mai : « Les journalistes nous informent. Continuons à nous battre pour qu’ils restent libres partout dans le monde. Continuons à nous battre pour les protéger. Continuons à nous battre contre la désinformation qui menace nos démocraties. Pour la paix, la justice, les droits humains. » 
Consternant, chaque phrase est un pet. Un jour, le désinhibé ira trop loin.
8. — CoViD-19, Ehpad, 4 mai. Francetvinfo.fr : « Les droits des résidents d’Ehpad ont été “grandement entravés” durant la pandémie, estime la Défenseure des droits. »
9. — CoViD-19. Leparisien.fr : « La fin du masque à l’extérieur ? Olivier Véran “espère sincèrement que ce sera cet été”. »
« Sincèrement », le mot empeste. Même le verbe « espérer » choque dans cette déclaration ; et Véran le dit deux fois : « J’espère que ce sera cet été, j’espère sincèrement que ce sera cet été » (il parle de la fin des gestes barrières et pas seulement du masque).
Macron le 3 mai, Véran le 4 mai, un festival de pets.
10. LANGUE, racisé, 1/n. Lefigaro.fr : « Sonia Mabrouk, Rachel Khan… Ces personnalités qui refusent d’être “racisées”. »
Définition de Linternaute.fr :

racisé, adjectif
• Sens 1. Racisé désigne la condition d’une personne victime de racisation, c’est-à-dire qu’elle est assignée à une race du fait de certaines caractéristiques subjectives.
Exemple : Pour certains chercheurs, un individu racisé est victime d’une forme aggravée de l’ethnicisation.
• Sens 2. Relatif à une personne victime de racisme.
• Sens 3. Relatif à une personne qui n’est pas blanche.

Sens 1 : « être assigné à une race », c’est-à-dire ? On peut donc changer de race (race qui officiellement n’existe pas) ?
Au sens 2, tout le monde est racisé, dont les Blancs, accusés de tous les maux, entre autres de racisme. Qu’y a-t-il de surprenant qu’Ismaël Saidi, Fatiha Agag-Boudjahlat, Claire Koç, Abnousse Shalmani, Lydia Guirous, Zhang Zhang et d’autres refusent d’être racisés au sens 2 ?
Sens 3 : il y aurait bien des races, mais la race blanche n’en serait pas une ?
Je pense que chez la majorité des locuteurs « être racisé » signifie être « victime de racisme », cependant – détail important – un Blanc dit : « Je suis victime de racisme » ou « Je suis victime de racisme anti-Blanc » ; alors qu’un non-Blanc branché dit depuis peu : « Je suis racisé. »
Les discours habituels sur le racisme et sur les races, c’est la bouteille à l’encre (un exemple entre mille : comment peut-on à la fois nier toute réalité aux races et prôner des réunions non mixtes, interdites aux Blancs ? sur quels critères les entrées sont-elles filtrées ?) et ce n’est pas la création de ce mot nouveau qui va clarifier les choses – au contraire, elle les complique.
11. — Rivotril sans CoViD-19, 5 mai, Lemonde.fr : « Leurs journées, ils [lesdits mineurs isolés marocains au pied de la tour Eiffel] les passent à avaler des cachets de Rivotril (benzodiazépine bon marché dont l’usage a été détourné pour devenir une drogue de rue), boire et voler. » 
(Au passage, un petit merci à Hidalgo, à Macron qui se bat vaillamment « pour le droit à la vie paisible » et à Florence Parly qui s’offusque qu’une tribune de généraux réclame ce même droit et qui promet qu’ils seront punis : voilà ce qui arrive lorsqu’on se fait les porte-parole de 99 % des Français.)
12. LANGUE, racisé, 2/n. Tentative de définition. Etre racisé, c’est être jugé sur certaines apparences physiques (la couleur de peau, par exemple) censées déterminer si l’individu est bon ou mauvais. Dans la bouche de Rokhaya Diallo, « être racisée » semble signifier « être rejetée parce que Noire », soit une autre et nouvelle manière de dire qu’elle est une victime de racisme. Le Blanc à qui on interdit d’assister à certaines réunions parce qu’elles sont réservées aux Noirs peut se dire racisé. Le mot « racisé » permet de faire l’économie du mot « victime ». Il peut aussi donner l’illusion que quelque chose de nouveau est dit, alors que ce n’est qu’un changement d’emballage.
13. — La dernière vidéo de Combaz est ici : la France est « un pays qui n’a pas le courage de ses opinions, mais aime bien celle des généraux ».
14. — CoViD-19, vaccins. Francetvinfo.fr, le Danemark abandonne le vaccin de Johnson & Johnson, après celui d’AstraZeneca.

 

 

Page d’accueil et sommaire   • Page précédente   • Page suivante ►carré-marronnasse carré-roux carré-brun carré-rose carré-bleu*exclam-bleu-clair

 

 

triangle-rose-inverse Dossiers
• Le style c’est l’homme, analyse de l’expression macronienne ici
• Lesdites « Rectifications de l’orthographe » de 1990, analyse d’un cafouillage ici
• Le style déplorable des historiens ici
• Le piège de la locution « sauf à » ici

Macron-robot

barre-rousse

carré-roux Météo de Paris carré-roux

https://meteofrance.com/previsions-meteo-france/paris/75000

LMMRM — Je dédie ce site à mes amis Mondo Huygelen, Jack Bonamy et Tadeusz Matynia